La question peut se poser en fonction du système d'élevage et de la date de mise bas.

En cas de mise bas d'hiver (décembre à mi-février), selon que les mères puis les agneaux auront accès à une herbe riche et en grande quantité, les agneaux feront une croissance suffisante pour être abbatus entre 7 et 11 mois. Si ce n'est pas le cas et qu'à la pesée (il peut être stratégique d'avoir une bascule), les agneaux stagnent en début d'automne à 25kg, un choix devra être fait par l'éleveur:

  1. Les complémenter avec du foin et des céréales (jusqu'à environ 400grs/jour en 2 apports) pour qu'ils soient sûrs d'atteindre au moins 32kg au départ boucherie avant noël,
  2. Les laisser au pâturage puis passer l'hiver et les repeser fin mars pour aviser de leur date de départ à la boucherie (fin avril avec finition ou fin juin à l'herbe seulement.

on voit bien là que l'éleveur fait en fonction de son système herbager (prairie temporaire en paddocks, prairie permanente ou naturelle, parcours, landes,  ..) et que ses choix vont influencer sur le résultat de carcasse. On veut dire par là que, au-delà du poids de carcasse recherché le plus élevé possible (rendement carcasse/poids vif = autour de 45%), on recherchera la note de gras de 3 (ex O3 sur la fiche d'abbatoir).

Les dégustations à l'aveugle réalisées avec l'appui du CRAPAL n'ont pas véritablement déterminées de différence flagrante entre les viandes issus d'animaux d'âges pourtant sensiblement variables; la poursuite de celles-ci doit contribuer à objectiver cette appréciation.